Gestion de stock : choisir une méthode moderne et efficace

Actuellement, les entreprises sont confrontées à des problèmes de gestion des stocks. Ceci est essentiel pour le maintien de l’activité, notamment en raison des coûts associés à l’entreposage et à l’inventaire. Une bonne gestion des stocks répond également au mieux aux attentes des clients. Selon le secteur d’activité d’une entreprise, il existe différentes manières de gérer l’approvisionnement et le stockage.

Gestion de stock : c’est quoi ?

La gestion de stock est un ensemble de mesures que les industries utilisent pour savoir combien commander et quand, afin de trouver un équilibre entre des faibles coûts de stockage et une grande réactivité vis-à-vis des clients. Ce concept fait référence aux produits qui sont en amont, en interne ou bien en aval du processus de développement, qu’ils soient ou non transformés. Leur objectif principal est de réguler la consommation tout en contrôlant les flux d’entrée dans l’entrepôt. Ainsi, ils offrent une disponibilité inhérente des composants pour répondre à la demande. Ils sont utilisés tout au long du cycle d’exploitation des biens, des matières, des produits finis, des produits intermédiaires, et comprennent également les différentes fournitures utilisées de façon directe ou indirecte dans le processus principal.

Plusieurs variables affectent le niveau de prévision : produits périssables, saisonnalité, etc. En fait, une excellente gestion des stocks est primordiale pour assurer la pérennité d’une entité, car son impact sur les flux de trésorerie ne peut être ignoré. Cependant, la gestion des stocks n’est pas nécessairement simple à mettre en place, notamment lorsqu’il s’agit de choisir la méthode à utiliser.

Quels sont les enjeux de la gestion de stock ?

Les entreprises doivent faire tout leur possible pour empêcher leur inventaire de le servir, il est donc important d’opter à une bonne approche. Alors, comment pouvez-vous améliorer la gestion de stock et la gestion d’entrepôt ?

Avant d’évoquer les différentes options qui s’offrent aux gestionnaires, il convient de revenir brièvement sur la problématique de la gestion de stock : en réalité, deux entités n’ont pas forcément les mêmes problématiques, et ne mettront donc pas en place les mêmes méthodes y afférentes.

D’une part, il faut éviter le surstockage : la principale conséquence notable de cette situation est l’accroissement des dépenses (tant fixes que variables) car trop des produits dormants nuisent à la santé financière de la société. Par exemple, on peut déjà enregistrer le coût de la location ou de la construction d’un lieu de stockage supplémentaire. Puis, le nombre de personnel nécessaire augmente également (ouvriers, agents de sécurité, etc.). Les frais d’assurance augmenteront aussi.

D’autre part, il faut prévenir le sous-stockage : si trop de stock a des conséquences fâcheuses pour l’entité, le cas inverse n’est pas idéal. Si l’entreprise n’est plus en état de munir un produit au client, alors il est certain que ce dernier sera insatisfait et finira par en acheter chez un concurrent et abandonnera progressivement l’entreprise. De plus, un stock insuffisant (comme dans les magasins) peut réduire le nombre de personnes dans les rayons, les rendant moins attrayants pour les clients et dévalorisant les produits existants. Enfin, des faibles stocks peuvent perturber l’ensemble de la chaîne de production d’une entreprise, exacerbant l’impact d’éventuels goulots d’étranglement.

Gestion de stock : choisir une méthode moderne et efficace

Choisir une méthode efficace et innovante pour gérer ses stocks est indispensable afin d’assurer sa pérennité. Ainsi, quatre bonnes méthodes de stocks sont possibles. Elles correspondent à un maximum de modes de gestion :

Méthode de réapprovisionnement 

Appelée aussi « méthode du calendrier », elle consiste à commander une quantité fixe à une date fixe, proche de la quantité économique de commande (c’est le système de QEC ou Wilson).

Méthode de gestion des points de commande

Elle utilise un système de commande à une date variable, mais à une quantité fixe qui déclenche les commandes de réapprovisionnement à chaque fois qu’un niveau de stock donné (ou point de commande) est atteint.

Méthode de recomplètement 

Ceci concerne le problème de commande d’une quantité variable à date fixe, car le niveau de stock à remplir varie en fonction des ventes, alors que la date sera toujours la même.

Méthode de réapprovisionnement à la commande

Il s’agit de passer des commandes de la quantité variable en fonction de la demande à des dates variables.

6 équipements de sécurité essentiels pour le travail industriel
Les principaux secteurs industriels